Newsletter n°31

Avec cette 31ème newsletter des Nouvelles du front cinématographique (site, facebook et blog), nous essaierons d'égrainer ensemble les clochettes d'un brin de muguet en ponctuation fragile mais persévérante dans un monde intervallaire n'en finissant pas de s'obscurcir.

Avec tout d'abord notre rubrique des "Nouvelles du front cinématographique" :  après avoir composé un panorama non exhaustif et critique de films récents traitant (souvent mal) de la question du terrorisme, nous voulions changer de braquet en décidant de mettre en avant le travail important du cinéaste algérien Malek Bensmaïl, attaché à multiplier les axes d'interrogation afin d'investir toutes les dimensions de son pays natal, à la fois pluriel et singulier.

Trois clochettes s'entremêleront dans notre rubrique "autres texte de cinéma". La première reprend le texte écrit à l'occasion d'une table ronde organisée par l'Alba, école des Beaux-Arts libanaise, sur les divisions du/de la politique en leurs redéploiements cinématographiques régionaux. La seconde clochette fait entendre un autre tintement libanais : il s'agit du dernier film de Sarah Hatem dans la persévérance grave et ludique de ses jeux d'enfance. La troisième et dernière clochette concerne la ressortie d'un film insolite, Les Yeux brûlés de Laurent Roth (co-scénariste du film Trêve de la cinéaste libanaise Myriam El Hajj), qui demande avec les moyens du montage pourquoi la cinégénie des archives de guerre fascine tant le cinéma.

Dans notre rubrique des "bons plans", les trois clochettes auront la senteur des parfums de l'Inde, plus particulièrement de la trilogie d'Apu réalisée par Satyajit Ray et dont nous réfléchirons les inoubliables beautés à la lumière respective de ses trois fins successives.

Si le mois de mai est généreux en fleurs printanières, il annonce aussi l'arrivée du Panorama des Cinémas du Magheb et du Moyen-Orient, avec plus particulièrement la projection du film de Djamel Kerkar Atlal le mardi 09 mai à 20h au cinéma Le Louxor à Paris en présence du réalisateur et du critique Saad Chakali.

Pour conclure ce moment bourdonnant grâce à nos clochettes printanières, notre 31ème sélection musicale fera la part belle aux Fabulous Troubadors comme à la musique de Rameau. Si Quel sera notre futur et Hippolyte et Aricie sont deux compositions si dissemblables, c'est que l'on n'a jamais vu un film de Bruno Podalydès qui savait faire rire il y a 20 ans de la petite comédie électorale quand elle nous attriste tant aujourd'hui. Enfin, la musique de Faust rappelle qu'il y a des rires nécessaires et Everything de Neneh Cherry qu'il y a des mouvements du corps qui font danser les corps les plus transis, le mélancolique Mad World en reprise d'un vieux tube de Tears for Fears pour l'événement de la beauté dans une tristesse qui ne saurait, pourtant, suffire.

Dans la lutte contre ce qui nous divise et l'amitié de ce qui nous partage.

Le collectif des Nouvelles du Front cinématographique

PS : si vous ne souhaitez plus recevoir notre newsletter, un courriel de votre part et ce sera chose faite.

PPS : nous tenions également à vous annoncer la sortie du livre Jean-Luc Godard dans la relève des archives du mal par Saad Chakali, disponible depuis le site des éditions de L'Harmattan.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Pour nous laisser un message ou recevoir la Newsletter, utilisez la rubrique "Contact". N'hésitez pas à nous laisser des commentaires à la fin des articles. Pour suivre les actualités du site, vous pouvez vous abonnez à la page Facebook (ci-dessous).