Les vieux fourneaux

vieillesse de même dans "Twin Peaks" et "The Leftovers"

Et puis Twin Peaks saison 3 arriva. A plus de 70 ans, un créateur de formes reprend goût en l'acte de création en posant – en imposant une nouvelle fois qu'en 2017 le plus grand cinéma, quand il n'est pas noyé dans l'huile de palme cannoise, se sera trafiqué à la télévision.

 

 

On s'émeut que le cinéaste-téléaste ait à ce point su prendre soin d'un long quart de siècle logé dans le corps de ses acteurs et de ses spectateurs tel un parasite surgi du frottement obscène entre les mondes. On n'en revient toujours pas du court-circuit qui aura innervé la surface lisse de nos écrans plats en la soumettant aux zébrures infernales d'une bulle de plasma dont le foyer originaire (une date, le 16 juillet 1945) aura fondé l'existence de qui sait son œuvre en avoir été depuis toujours et à jamais affecté.

 

 

L'électricité lynchienne en ses courants continûment alternatifs, remontée à la source obscure de son rayonnement : nucléaire.

 

 

On ne saurait cependant oublier, entre quelques trop rares fusées ayant atteint les écrans de cinéma (Loving, Le ParcBienvenue à Madagascar, Félicité, Dans un recoin de ce mondeBangkok Nites), l'autre grand frisson diffusé là encore – perseverare diabolicum – par la télévision : il est vrai qu'en 2017 The Leftovers saison 3 arriva aussi.

 

 

La passion de l'événement (une date encore, le 14 octobre 2011), son sens insensé à l'épreuve des interprétations antagonistes comme au risque des herméneutes de l'apocalypse, aura mené Nora Durst et Kevin Garvey au bout destinal d'eux-mêmes - l'Australie comme terre d'asile, antipode et insularité. A l'endroit où les cendres brassées par les Guilty Remnant sont devenues pour les amoureux grisonnants des sels d'argent en marque du temps passé. Après avoir frôlé plus d'une fois la noyade, Nora et Kevin recommencent en s'accordant enfin à la sagesse du désœuvrement dont la formule peut équivaloir à l'inaugural impératif wittgensteinien : ce qui ne peut se dire, il faudra en effet le taire.

 

 

De Twin Peaks à The Leftovers, on n'aura jamais cessé de nourrir notre confiance en l'avenir en clamant : vieillesse, en avant !

 

 

10 décembre 2017


Écrire commentaire

Commentaires: 0
Commentaires: 0