Pourquoi il n'y a (toujours) pas de problème de retraites ou alors, pourquoi le problème des retraites est moins démographique qu'idéologique

Avec l’annonce des déficits de la Sécu, l’État Sarkozy veut à nouveau s'attaquer au système de retraite par répartition (et plus généralement à la part socialisée du salaire). Pour la première fois, il est question de repousser l’âge légal de départ. L'annonce des déficits annoncés de la Sécurité sociale (perte de 7,7 milliards d'euros pour la branche vieillesse) sert comme à l'accoutumée à l'autorisation de la casse de notre protection sociale. On connaît la sempiternelle triade optionnelle : diminuer les pensions, augmenter la durée de cotisation, et reporter l’âge de départ à la retraite. Jamais relever le taux de valeur ajoutée (la part des richesses sociales) pour maintenir le cap des 37,5 annuités et de 60 ans comme âge plafond de départ en retraites. Jusqu’à présent, les (contre)réformes intervenues, en 1993 pour les salarié-e-s du privé, en 2003 pour les fonctionnaires, en 2008 pour tout le monde, avaient privilégié l’augmentation de la durée de cotisation, de 37,5 à 40 annuités, puis à 41 annuités de cotisation d’ici à 2012. Toucher à l’âge légal est ce verrou que le gouvernement veut désormais de faire sauter, à l'imitation de l'Allemagne, à la mi-2010. Pourtant l'interroger sur la question de la productivité du travail permettrait de lever le voile de la question démographique pour montrer le visage égoïste du non-partage des richesses produites par le travail.

Première partie de la démonstration :

. Sur une base de 100 (formalisant l’ensemble des salaires), 10 salariés actifs cotisent aujourd’hui pour 4 salariés inactifs.

 

Ce qui nous donne le ratio suivant :

 

100 / 10 + 4 = 7.

 

 

. Demain (c’est-à-dire dans 30 ans), les 10 salariés actifs cotiseront pour 8 salariés inactifs. Seulement, la base de calcul des salaires n’est plus 100 mais 200, la productivité devant doubler à PIB (la richesse monétaire nationale) constant.

 

 

Ce qui nous amène au ratio suivant :

 

200 / 10 + 8 = 11 ! Soit un ratio encore plus élevé que le précédent.


Nous avons découvert le point faible des arguties qui veulent nous faire avaler les vessies de la retraite (individualiste) par capitalisation pour les lanternes de la retraite (socialisée) par répartition :
l’élément démographique est toujours pris en compte, en oubliant le facteur décisif qu’est celui de la productivité du travail dont le procès, en économie capitaliste, exige qu’il soit toujours plus grand, afin d’abaisser le coût des marchandises dans des marchés fortement concurrentiels.

Deuxième partie de la démonstration

. Entre 1945, date de la création de la Sécurité sociale sur recommandation du Conseil National de la Résistance, et 1970 qui a vu le doublement de la productivité du travail, il fallait 6 points de PIB pour alimenter les caisses de cotisation assurés par la part socialisée du salaire.

 

. Entre 1970 et aujourd’hui, il a fallu 6 autre points de PIB pour permettre la pérennité du système indexée sur un deuxième doublement de la productivité du travail.

 

. La question à poser est de savoir si l’on peut aujourd’hui consacrer une part identique en terme absolue (toujours 6 points de PIB) au système de retraite quand le PIB français, même malgré la crise économique, n’a jamais été aussi important (2.000 milliards d’euros aujourd’hui).

 

. 6 points de PIB (environ une petite centaine de milliards d'euros) représentent l’équivalent des allègements de cotisations patronales (35 milliards d’euros), des crédits d’impôts pour la frange la plus riche de la population (15 milliards d’euros), des impayés patronaux en terme de travail dissimulé (le « travail au noir » qui coûte plusieurs dizaines de milliards d’euros à la collectivité), des fraudes fiscales massives (idem)…

 

Il n’y pas de problème de retraites, mais bien un problème de redistribution égalitaire des richesses produites par le travail et ponctionnées par le capital. Avec les beaux succès que l'on connaît aujourd'hui.

Samedi 27 juin 2009


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Pour nous laisser un message ou recevoir la Newsletter, utilisez la rubrique "Contact". N'hésitez pas à nous laisser des commentaires à la fin des articles. Pour suivre les actualités du site, vous pouvez vous abonnez à la page Facebook (ci-dessous).