Les 10 films de 2016

"The Assassin" de Hou Hsiao-hsien

Pour le sourire à l'adresse du modeste polisseur du miroir, celui offert à l'arraché par la tueuse habituée à la vitesse de la lumière et l'invisibilité.

"L'Ornithologue" de João Pedro Rodrigues

Pour le western à la Anthony Mann réinventé en compagnie de priapiques caretos dans la forêt du Trás-Os-Montes, et le mariage de Saint Antoine avec Antonio Variações.

"Gorge Cœur Ventre" de Maud Alpi

Pour la honte d'être un homme devant l'animal que donc nous sommes, qu'apaise le chant qui fait une joie de chiens de la sortie de notre servitude volontaire par Leonard Cohen.

"La Vallée" de Ghassan Salhab

Pour le grand amnésique de la Bekaa, celui dont l'énigme ouvre entre deux catastrophes la voie d'une dépossession volontaire des reliques identitaires, ces peaux mortes.

"Rester vertical" d'Alain Guiraudie

Pour les ambivalences fourchues du loup en lequel on pourra reconnaître tantôt la hantise du paria, tantôt une sauvagerie désirée, et contre lequel on devra savoir aussi les plus faibles protéger.

"No Home Movie" de Chantal Akerman

Pour la fille qui n'aura rien vu d'autre qu'un désert sans retour s'ouvrant dans la chronique de la mort annoncée de sa mère, au fondement d'un désir de cinéma qui après elle n'y survivrait pas.

"In Jackson Heights" de Frederick Wiseman

Pour la bigarrure humaine, inépuisable en ses égales différences, comme un trésor d'universalité concrète risquant d'être éparpillé, un habit d'Arlequin lacéré par les requins de la gentrification spéculant sur l'immobilier.

"Le Bois dont les rêves sont faits" de Claire Simon

Pour le coulissage des mondes comme autant d'hétérotopies bricolées dans les interstices du bois de Vincennes, peuplées de créatures dionysiaques qui n'en ont pas fini de ne pas céder sur leur désir.

"Aquarius" de Kleber Mendonça Filho

Pour le retour triomphant de Sônia Braga en allégorie limpide de Dilma Rousseff, impériale en critique musicale dont l'existence est un art de vivre menacé par le cancer d'autres gredins de la spéculation immobilière, rêvant de complexes urbains semblables à des termitières.

"Belladonna" de Eiichi Yamamoto

Pour le feu follet si séminal qu'il attise l'accouplement de l'érotisme manga avec un clip psychédélique et libertaire, rappelant au passage que les sorcières brûlent d'un feu entretenu par les Parisiennes de 1789, les pétroleuses de la Commune et les féministes d'aujourd'hui.


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Pour nous laisser un message ou recevoir la Newsletter, utilisez la rubrique "Contact". N'hésitez pas à nous laisser des commentaires à la fin des articles. Pour suivre les actualités du site, vous pouvez vous abonnez à la page Facebook (ci-dessous).