Présentation du site Des Nouvelles du Front...

Pourquoi des nouvelles du front ? C'est déjà une vieille histoire, cinq années anarchiques au cours desquelles un blog aura bien voulu accueillir amicalement des essais d'écriture (comme autant d'essais d'ouverture) consacrés aux films vus selon une logique qui voudrait conjuguer, au risque assumé de l'autodidaxie sauvage, l'exigence et le plaisir (celui du texte placé sous l'exigeante condition du désir d'excéder par l'analyse l'impressionnisme critique dominant le traitement des films sur Internet). C'est désormais, depuis la constitution d'un site présentement autonome et spécifique, la persévérance dans le refus de ne pas céder au désir d'affirmer la permanence d'une triple question de littérarité, de temporalité et de conflictualité.

 

 

Écrire sur le cinéma (majoritairement, mais pas seulement), c'est d'abord apprendre à écrire en désir d'un lecteur inconnu à qui il s'agirait de s'adresser malgré tout, depuis la nébuleuse électronique et bruyante des réseaux hypertextuels. C'est ensuite pousser la notion médiatique de l'actualité au-delà de sa réflexologie habituelle, les œuvres d'aujourd'hui étant considérées avec le même œil que celles d'hier, les césures de l'hier et de l'aujourd'hui finissant par s'articuler au nom d'une temporalité sans hiérarchie et qui n'appartient qu'au contemporain, résolument. C'est enfin considérer que l'écriture analytique et critique consacrée entre autres aux formes cinématographiques s'inscrit à l'intérieur d'un régime de conflictualité concernant tout le champ social et en particulier la production des visibilités et la manière dont elles caractérisent les lignes du front partageant le sensible. Avec la conjonction de l'esthétique et de la politique, se pose donc l'affirmation d'une nécessité d'essayer de penser les images à l'endroit même (le cinéma) où elles seraient paradoxalement, à la fois les plus faibles peut-être (en termes de rapports de force faisant l'actuel capitalisme médiatique et culturel) et peut-être aussi les plus fortes (en promesses de sensibilité, de pensée et d'émancipation). Et il n'y aurait là rien de moins politique dès lors que l'on refuse de cantonner, ainsi qu'y travaille par ailleurs la doxa, les choses (cinématographiques) de la sensibilité et de l'esprit dans les marges de luttes qui, où qu'elles se produisent, ne le font que depuis l'esprit et la sensibilité de ses acteurs et de ses actrices.

 


Donc, des nouvelles du front, comme autant de prises de positions. Parce que la guerre des esprits, des visibilités et des sensibilités ne cesse tous les jours d'avoir lieu en requérant chacune et chacun, à leur corps défendant, d'occuper une place qui, si elle n'est pas systématiquement souhaitée, peut être également objet de déplacement et de réappropriation. Des nouvelles du front cinématographique principalement, mais pas seulement. C'est aussi une constellation hétérogène de notes de lectures d'ouvrages appartenant aux champs de la sociologie et de l'histoire, de la littérature et de l'économie ainsi que des interventions critiques rapportées aux symptômes idéologiques (quand ils trahissent les mouvements de l'hégémonie) ou politiques (quand ils traduisent une résistance face à cette dernière) en ponctuation de notre actualité ou inactualité pouvant légitimement être proposées en regard ou vis-à-vis des textes consacrés au cinéma. Et même, pourquoi pas, quelques essais de montage en guise de travaux pratiques. Des nouvelles du front donc, en forme de réponse modeste et ambitieuse de quelques puissances subjectives acharnées à ne pas être subsumées sous la coupe des pouvoirs existants, avec leur lot de supports techniques, technologiques (et même présentement télé-technologiques). Des singularités quelconques et persévérantes proposant des agencements collectifs d'énonciation afin de tramer des processus de subjectivation soucieux de ne pas être en reste ou mis en demeure par les forces d'assujettissement qui à chaque instant s'ingénient à les contrarier.

 

 

Il va s'en dire, enfin, que les textes disponibles ici, soumis aux repentirs d'une écriture interminable, sont libres de citation dès lors que leurs auteur-e-s et le présent site duquel ils auront été cités soient nommément respectés par les commanditaires de ces bandits de grand chemin surgissant brusquement afin de dépouiller, ainsi que l'écrivait Walter Benjamin dans Sens unique, le lecteur de ses convictions.

 

 

Le 8 décembre 2014

 

 

nota bene : Des Nouvelles du Front est un site dont la politique est celle de l'amateur. Nous partageons avec nos lecteur-rice-s nos analyses tout en gardant à l'esprit le respect des droits d'auteur. Nous utilisons ainsi pour chaque article des images non pas dans un but d'exploitation commerciale mais toujours dans le souci de la libre pensée que les œuvres auront ici suscitées.

 

 

Nous nous engageons donc à retirer immédiatement les illustrations dont nous ne possédons par les droits sur la demande expresse des ayants-droits. N'hésitez pas à nous contacter à la page suivante : contact.

Derniers articles publiés en ligne

  • Nouvelles du front cinématographique

 

Nouvelles 166 et 167 : Jean-Louis Comolli, écrire pour voir (I et II)

 

Nouvelles 168 : L'Héroïque Lande (la frontière brûle) de Nicolas Klotz et Élisabeth Perceval

 

Nouvelles 169, 170, 171, 172, 173, 174 et 175 : « Parce qu'on est ensemble dans le même poème » (entretien épique en sept parties avec Sylvie Pierre Ulmann)

 

Nouvelles 176 : Senses de Ryûsuke Hamaguchi

 

Nouvelles 177 : actualités du Roi pêcheur chez Steven Spielberg et David Robert Mitchell

 

 

  • Autres textes de cinéma

 

Fragments de rêves, renaître à la révolution pour Bahia Bencheikh El Feggoun

 

Pastorales électriques, Atlas vaincu et dépaysement pour Ivan Boccara

 

Twin Peaks, saisons 1 & 2 (Des astres et des monstres)

 

Un peuple et son roi de Pierre Schoeller (la révolution trahie, l'autre oubliée)

 

La Permanence d'Alice Diop (ou comment ça va avec la douleur)

 

 

  • Champ contre champ

 

Star Wars revient (I)

 

Séries TV (I)

 

Star Wars revient (II)

 

 

  • Montage notre beau souci

 

Low Life et Nosferatu

 

Hugo, La République, l'Empire

 

D'une panthère noire, l'autre

 

 

  • Des bons plans

 

Fixations de Rainer Werner Fassbiner

 

Grizzly Man de Werner Herzog

 

Simone Barbès, gardienne solitaire de la vie souterraine parisienne

 

La Femme insecte de Shōhei Imamura

 

Marceline Loridan, au pas de l'inouï

 

 

  • La séquence du spectateur

 

Clint Eastwood, pitié et pardon dans Unforgiven - Impitoyable

 

André S. Labarthe, la cinéphilie à perte de vue

 

Troublante Stephane Audran

 

Les Dents de la mer

 

L'esprit de l'argent et son os chez Robert Bresson

 

 

  • Chinoiseries du moment

 

Une scène à fondre en larmes

 

Une scène à frissonner

 

Les plus belles paroles d'amour

 

Un moment érotique

 

Une scène aimée dans un film qui l'est peu

 

 

  • Des nouvelles du front social et du reste

 

From the Ground to the Cloud

 

Orphelins de Caroline Crawley, l'orpheline de Shelley

 

Clément Rosset, l'idiotie à l'écart de la bêtise

 

Alfred Döblin et Berlin Alexanderplatz

 

Jacques Rancière et la méthode de la scène

 

 

  • Programmations musicales

 

n°48 + L'arrabia de Rachid Taha

 

 

  • Films de l'année

 

2017

 

2016

 

2015

 

2014


Écrire commentaire

Commentaires: 0

Pour nous laisser un message ou recevoir la Newsletter, utilisez la rubrique "Contact". N'hésitez pas à nous laisser des commentaires à la fin des articles. Pour suivre les actualités du site, vous pouvez vous abonnez à la page Facebook (ci-dessous).