Présentation du site Des Nouvelles du Front...

Pourquoi des nouvelles du front ? C'est déjà une vieille histoire, cinq années anarchiques au cours desquelles un blog aura bien voulu accueillir amicalement des essais d'écriture (comme autant d'essais d'ouverture) consacrés aux films regardés selon une logique qui voudrait conjuguer, au risque assumé de l'autodidaxie sauvage, l'exigence et le plaisir (celui du texte placé sous l'exigeante condition du désir d'excéder par l'analyse l'impressionnisme critique dominant le traitement des films sur Internet). C'est désormais, depuis la constitution d'un site présentement autonome et spécifique, la persévérance dans le refus de ne pas céder au désir d'affirmer la permanence d'une triple question de littérarité, de temporalité et de conflictualité.

 

 

Écrire sur le cinéma (essentiellement, mais pas seulement), c'est d'abord apprendre à écrire en désir d'un lecteur inconnu à qui il s'agirait de s'adresser malgré tout, depuis la nébuleuse électronique et bruyante des réseaux hypertextuels. C'est ensuite pousser la notion médiatique de l'actualité au-delà de sa réflexologie habituelle, les œuvres d'aujourd'hui étant considérées avec le même œil que celles d'hier, les césures de l'hier et de l'aujourd'hui finissant par s'articuler au nom d'une temporalité sans hiérarchie et qui n'appartient qu'au contemporain, résolument. C'est enfin considérer que l'écriture analytique et critique consacrée entre autres aux formes cinématographiques s'inscrit à l'intérieur d'un régime de conflictualité concernant tout le champ social, en particulier la production des visibilités et la manière dont elles caractérisent les lignes du front partageant le sensible. Avec la conjonction de l'esthétique et de la politique, se pose donc l'affirmation d'une nécessité de tenter de penser les images à l'endroit même (le cinéma) où elles seraient paradoxalement, à la fois les plus faibles peut-être (en termes de rapports de force faisant l'actuel capitalisme en son versant culturel et médiatique) et peut-être aussi les plus fortes (en promesses de sensibilité, de pensée et d'émancipation). Et il n'y aurait là rien de moins politique dès lors que l'on refuse de cantonner, ainsi qu'y travaille par ailleurs la doxa, les choses (cinématographiques) de la sensibilité et de l'esprit dans les marges de luttes qui, où qu'elles se produisent, ne le font que depuis l'esprit et la sensibilité de ses acteurs et de ses actrices.

 


Donc, des nouvelles du front, comme autant de prises de positions. Parce que la guerre des esprits, des visibilités et des sensibilités ne cesse tous les jours d'avoir lieu en requérant chacune et chacun, à leur corps défendant, d'occuper une place qui, si elle n'est pas systématiquement souhaitée, peut être également objet de déplacement et de réappropriation. Des nouvelles du front cinématographique principalement, mais pas seulement. C'est aussi une constellation hétérogène de notes de lectures d'ouvrages appartenant aux champs de la sociologie et de l'histoire, de la littérature et de l'économie ainsi que des interventions critiques rapportées aux symptômes idéologiques (quand ils trahissent les mouvements de l'hégémonie) ou politiques (quand ils traduisent une résistance face à cette dernière). Et même, pourquoi pas, quelques essais de montage en guise de travaux pratiques. Des nouvelles du front donc, en forme de réponse modeste et ambitieuse de quelques puissances subjectives acharnées à ne pas être subsumées sous la coupe des pouvoirs existants, avec leur lot de supports techniques, technologiques (et même présentement télé-technologiques). Des singularités quelconques et persévérantes composant un agencement collectif d'énonciation afin de tramer des processus de subjectivation soucieux de ne pas être en reste ou mis en demeure par les forces d'assujettissement qui s'ingénient à les contrarier à chaque instant.

 

 

Il va s'en dire, enfin, que les textes disponibles ici, soumis aux repentirs d'une écriture interminable, sont libres de citation dès lors que leurs auteur-e-s et le présent site duquel ils auront été cités soient nommément respectés par les commanditaires de ces bandits de grand chemin surgissant brusquement afin de dépouiller, ainsi que l'écrivait Walter Benjamin dans Sens unique, le lecteur de ses convictions.

 

 

Le 8 décembre 2014

 

 

nota bene : Des Nouvelles du Front est un site dont la politique est celle de l'amateur. Nous partageons avec nos lecteur-rice-s nos analyses tout en gardant à l'esprit le respect des droits d'auteur. Nous utilisons ainsi pour chaque article des images non pas dans un but d'exploitation commerciale mais toujours dans le souci de la libre pensée que les œuvres auront ici suscitées.

 

 

Nous nous engageons donc à retirer immédiatement les illustrations dont nous ne possédons par les droits sur la demande expresse des ayants-droits. N'hésitez pas à nous contacter à la page suivante : contact.

Derniers articles publiés en ligne

  • Nouvelles du front cinématographique

 

Nouvelles 188 : Beyrouth, de l'aube à l'aube (retour à l'ALBA)

 

Nouvelles 187 : Sous la plage, un ossuaire (Agnès Varda, brocanteuse de l'humanité)

 

Nouvelles 186 : Cent visages pour un seul jour de Christian Ghazi, rose éclose des blessures

 

Nouvelles 185 : Une rose ouverte de Ghassan Salhab

 

Nouvelles 184 : Tahia ya Didou !, Z comme Zinet

 

 

  • Autres textes de cinéma

 

Homeland : Irak année zéro (2015) d'Abbas Fahdel

 

Still Recording de Saeed al Batal et Ghiath Ayoub, trésor de guerre et métier de vivre

 

Rencontrer mon père d'Alassane Diago, la lente impatience

 

Amal de Mohamed Siam, la mutante

 

Le cinéma revenant, sans compter (deux livres de Jean-Louis Comolli)

 

 

  • Champ contre-champ

 

La disparition de la disparition et le deuil malgré tout (Avengers d'Anthony & Joe Russo)

 

Le droit et la justice qui ne se confondent pas (Apprentice versus Court - en instance)

 

Jordan Peele, cauchemars noirs, cauchemars blancs

 

Lusitaniennes postmodernes (Diamantino versus Les Bonnes manières)

 

Star Wars revient (II)

 

 

  • Montage notre beau souci

 

D'une panthère noire, l'autre

 

Hugo, La République, l'Empire

 

Low Life et Nosferatu

 

 

  • Des bons plans

 

Jean-Claude Brisseau, le géant, Éros, l'ange

 

Predator, devenir animal-minoritaire-imperceptible

 

Marceline Loridan, au pas de l'inouï

 

La Femme insecte de Shōhei Imamura

 

Simone Barbès, gardienne solitaire de la vie souterraine parisienne

 

 

  • La séquence du spectateur

 

Soleil Ô de Med Hondo : L'écorce la voix, le cri son noyau

 

Bernardo Bertolucci : La seconde jeunesse, l'immortelle

 

De la tranchée au travelling-avant (Chaplin, Kubrick, Collet, Spielberg)

 

L'esprit de l'argent et son os chez Robert Bresson

 

Les Dents de la mer

 

 

  • Chinoiseries du moment

 

Une scène aimée dans un film qui l'est peu

 

Un moment érotique

 

Les plus belles paroles d'amour

 

Une scène à frissonner

 

Une scène à fondre en larmes

 

 

  • Des nouvelles du front social et du reste

 

Alain Badiou, la vérité et la vraie vie

 

Dépersonnalisations au cinéma de Virginie Foloppe

 

Pourquoi ?, un conte de Marc Scialom

 

Jacques Rancière et la méthode de la scène

 

Alfred Döblin et Berlin Alexanderplatz

 

 

 

Amal de Mohamed Siam : La mutante

 

La machine antisémite : comment la faire bégayer (avant d'en enrayer le moteur)

 

Seconde jeunesse, l'immortelle ! Moi et toi de Bernardo Bertolucci

 

Un regard critique sur Un peuple et son roi, un film qui parle de révolution mais oublie d'être révolutionnaire

 

Malek Bensmaïl, La Bataille d'Alger, un film dans l'Histoire

 

 

 

Le Bateau-Phare de Jerzy Skolimowski : L'exil du paria comme une île

 

Que le diable nous emporte de Jean-Claude Brisseau

 

Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman : La sphérologie comme spéléologie

 

Paul Sanchez est revenu ! de Patricia Mazuy : Le chaudron du fait divers (et ses marmitons)

 

Sport de filles de Patricia Mazuy : A hue et à dia (de la fiction et du documentaire)

 

 

  • Programmations musicales

 

n°55

 

n°54

(hommages à Mark Hollis et Scott Walker)

 

n°53

 

n°52

 

n°51

 

 

  • Films de l'année

 

2018

 

2017

 

2016

 

2015

 

2014


Écrire commentaire

Commentaires: 0
Commentaires: 0